Nous allons passer d’un modèle « là où nous devons vivre » au modèle « là où nous voulons vivre »

Dans mon prochain Essai – « Travailler là où nous voulons vivre – vers une géographie du progrès » (Ed. François Bourin)  – je questionne le primat métropolitain et plaide pour un modèle mieux distribué ; j’interpelle sur les opportunités nouvelles qu’ouvre l’innovation pour améliorer nos modes de vie.
J’oppose au modèle de concentration urbaine « là où nous devons vivre », obsolète et hors-sol, celui de redéploiement géographique, « là où nous voulons vivre », mieux à même de répondre à notre aspiration au bonheur, d’intégrer les enjeux environnementaux, de réveiller notre diversité culturelle, de revitaliser une économie qui devient stéréotypée et de restaurer des relations sociales qui tendent aujourd’hui à s’artificialiser.
J’explique comment les technologies permettent d’opérer cette authentique révolution qui consiste à se mettre au service de nos choix de vie et non l’inverse. Je suis convaincu que si nous n’opérons pas ce retournement alors, la combinaison « métropolisation + digitalisation » sera destructrice et nous conduira vers une forme d’aliénation.
Je corrobore cette approche par de nombreuses références, des analyses et des signaux forts. Mais aussi par des exemples des formidables innovations qui, dans nos vies quotidiennes comme dans notre travail, vont permettre d’opérer cette amélioration de nos modes de vie
Je fais de nombreuses digressions vers les philosophes, la doctrine sociale de l’église, sur les thèses de Simone Weil et de nombreux auteurs qui réfléchissent sur le sens de l’innovation afin de tendre vers un véritable progrès, et d’en stabiliser les fondations.
Enfin, je trace les contours d’une vision politique nouvelle et des mesures concrètes qui permettront de mettre en oeuvre ce parcours vers une vie meilleure.
EN LIBRAIRIE LE 8 NOVEMBRE

3 réflexions au sujet de « Nous allons passer d’un modèle « là où nous devons vivre » au modèle « là où nous voulons vivre » »

  1. Oups – sorry about this mystake Jean-Christophe ! Comme quoi le mieux est l’ennemi du bien et ma culture générale encore largement perfectible. Et bonne chance à cet essai – H1B

  2. Simone Weil (1909-1943) Philosophe et Humaniste, auteure de très nombreux ouvrages dont l’Enracinement (1943) et de la Note sur la suppression générale des partis politiques (1940) – à ne pas confondre avec Simone Veil (1927-2017) Femme d’Etat, déportée et récemment entrée au Panthéon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *